Defatyl avril 2019
Myconail avril 2019
Sleep avril 2019
Dynamag

COMMENT FREINER LA MALADIE DE PARKINSON ?

Parkinson1


L’activité physique peut-elle ralentir la maladie de Parkinson ?

Pour une personne atteinte de la maladie de Parkinson, bouger devient de plus en plus difficile. Une nouvelle étude a démontré qu’un programme d’exercice court, mais intensif peut améliorer une partie des capacités motrices.

Comment cette étude s’est-elle déroulée ?

Des chercheurs hongrois ont étudié les effets d’un programme d’exercice intensif chez des personnes atteintes de la maladie de Parkinson (1). Pour ce faire, ils ont réparti 55 personnes atteintes de cette maladie chronique en 3 groupes. Deux groupes ont participé à un programme d’exercice intensif, au cours duquel ils ont suivi 15 séances de 1 heure sous supervision pendant 3 semaines. L’un de ces deux groupes (= 19 personnes) a également bénéficié d’un programme d’exercice au cours des deux années suivantes, qui consistait à suivre un entraînement intensif similaire de 1 heure, et ce, 3 fois par semaine. Un troisième groupe de 20 personnes n’a suivi aucun programme de rééducation.

Résultat

Le programme initial de courte durée a amélioré les capacités motrices et réduit certains autres symptômes ; par exemple, les patients atteints de la maladie de Parkinson se sentaient moins déprimés.

Le groupe ayant poursuivi ce programme a continué de bénéficier de ces améliorations, sans autre progrès. Pour le groupe ayant suivi le programme initial, et arrêté par la suite, les effets positifs se sont ressentis pendant 3 à 12 mois.

Les personnes n’ayant suivi aucun programme de rééducation ont vu leurs capacités motrices diminuer progressivement. Le programme d’exercices n’a pas permis de réduire la dose des médicaments.

Comment interpréter cette étude ?

La maladie de Parkinson se manifeste souvent par des changements dans la façon dont on se meut. Les symptômes apparaissent généralement d’un côté. Par exemple, une des mains se met à trembler. Par la suite, ces changements peuvent également affecter l’autre côté du corps. La maladie de Parkinson s’aggrave progressivement au fil des années et divers symptômes peuvent apparaître. Au niveau des mouvements, les symptômes sont :

  • Tremblement, secouement
  • Lenteur, perte de la mobilité, raideur
  • Difficulté à marcher = avancer à petits pas
  • Démarche chancelante, difficulté à ralentir en marchant
  • Difficulté à écrire (l’écriture devient petite et serrée)
  • Diminution de l’expression faciale (masque facial)

Chez les personnes atteintes de la maladie de Parkinson, le maintien d’une bonne condition physique est important. Si malgré les médicaments, vos mouvements deviennent plus difficiles, un kinésithérapeute peut vous aider. Cette nouvelle étude nous montre une fois de plus les effets positifs d’un programme d’exercice bien encadré. Le bât blesse toutefois lorsqu’il s’agit d’inscrire de tels exercices dans la durée.

Conclusion 

On sait déjà depuis longtemps que l’activité physique et les programmes d’exercice sont utiles dans le traitement de la maladie de Parkinson. Nous avons cependant appris qu’ils pouvaient également diminuer les symptômes. Cette étude réalisée à petite échelle pourrait constituer un point de départ pour l’élaboration de programmes d’exercice plus structurés pour les personnes atteintes de la maladie de Parkinson.

 

(1) Tollár J. Nagy F, Kovács N, et. al. Two-Year Agility Maintenance Training Slows the Progression of Parkinsonian Symptoms. Med Sci Sports Exerc. 2019 Feb;51